La crasse nationaliste !

Je me suis toujours demandé pourquoi François Rabelais dont il nous reste tant d’expressions courantes comme « pantagruélique », « gargantuesque », « mouton de panurge », « substantifique moëlle », « dive bouteille », avait été autant oublié ou caricaturé.
Le caractère « énorme » de ses contes a pris le pas sur le fond du message profondément humaniste.
Sa vocation de médecin soucieux de sortir des superstitions de l’époque, son esprit libre, sa grande érudition, sont pour nous, aujourd’hui, une formidable leçon de vie et de tolérance.
Ecrivain de la Renaissance, Rabelais défend l’indépendance du pouvoir civil vis à vis de l’Eglise et, sans renier sa foi et son attachement à Rome, prêche pour une Chrétienté ouverte, joyeuse, soucieuse de réconcilier le corps et l’esprit, de libérer l’homme plutôt que de l’asservir à des dogmes intangibles.
Philosophe des « Lumières » avant l’heure, que dirait-il maintenant alors que la crasse nationaliste et la bêtise guerrière semblent enfler partout dans le monde ?


Le vote-sanction !!!

A un mois d’un vote très important pour notre avenir et celui de nos enfants, je suis effaré de voir combien la bêtise humaine s’apprète encore à frapper !

Les démagogues de tout poil se déchaînent … et font mouche ( plus de 30% d’intentions de vote quand même !) Et tous ceux qui se servent de l’Europe pour leurs petits calculs politiciens !

Il y en a même qui osent affirmer que c’est la première marche de l’élection présidentielle ! Mais qui croit ça ? Qui avale cette couleuvre ?

Ah oui, l ‘Europe !

L’Europe de la Paix, d’Erasmus, de l’abolition des frontières, des échanges et de la liberté !  L’Europe de la lutte sociale solidaire et unie ! Voilà mon Europe !

Il reste tant à faire !

Harmonisation des droits sociaux,

Justice fiscale,

Reflexion commune sur les libertés, sur la laîcité, sur le respect de la dignité humaine !

L’Europe n’est pas un fantasme, une utopie ,

c’est un OBJECTIF,  un CHEMIN, un IDEAL !

Le « groupe »

Quel est le sens de l’occupation du pouvoir en démocratie ?
« Il ne s’agit nullement d’une possession à la manière dont Harpagon possède sa cassette , ni à celle dont Trump s’est accroché à la Maison Blanche, qu’il avait incorporée comme son bien propre.
Il s’agit de l’exercice d’une fonction, d’un rôle occupé à titre temporaire et par nature précaire…
ce qui implique la mise en veilleuse du « moi », au profit du « nous ». (Jacques Le Goff in OF 24307)
J’ai eu envie de rappeler ces évidences alors que Monsieur Omar Sy sort un livre où il rappelle l’importance du « groupe ».
Qu’en pense le « premier de cordée » ?

La couleur du rire

« La couleur du rire »

Le clown est un acteur qui transpose par le comique nos côtés sombres et inavoués.

Il donne l’illusion de tout rater alors qu’il maîtrise parfaitement ses moyens.

C’est cette distance entre ce qu’il est vraiment et ce qu’il donne à voir qui le rend si attirant mais surtout si énigmatique.

Le clown a droit d’échouer, de se tromper, c’est même ce qui le rend comique.

En dénonçant nos tares, nos erreurs, nos défauts, en les rendant ridicules,

il nous sauve de la prétention et de la flagornerie !

Il est la partie de nous qui voudrait bien mais qui n’ose pas !

Avec son nez rouge et ses cheveux jaunes, il est la couleur du rire qui éclate.

Merci monsieur le clown !

Fais-nous rire de nos bêtises !

Jean Paul Paquereau