L’ami Georges

L’ami Georges aurait eu 100 ans ces jours-ci !
Il y a bien longtemps qu’il nous a quittés et pourtant, il est toujours là.
La « non-demande en mariage », la »supplique pour être enterré sur la plage de Sète », l’orage », etc ..
me donnent toujours autant de plaisir !
Il a tout sacrifié à la poésie, si admirable, à la musique, si recherchée !
Lui si pudique, si digne, mais si malin pour débusquer la connerie humaine et toute forme de servitude, il nous manque tellement !
A l’heure où les « cons » s’affichent sur tous les murs médiatiques, il serait écoeuré !

Liberté chérie

Depuis des décennies, on cherche à nous persuader que le capitalisme libéral est le seul système possible :

– le modèle américain posé comme une évidence, comme une « fin de l’histoire »,

– la « concurrence libre et non faussée » affirmée comme un principe fondateur de l’Union Européenne,

– le dumping social et fiscal,

– la mondialisation de la production et du commerce,

– le droit pour les multinationales d’intervenir dans les politiques publiques,

– la recherche du profit comme unique ressort de l’action,

– l’ ubérisation du travail où chacun serait son propre patron,

– le télétravail, qui annule la frontière entre vie familiale et vie professionnelle,

– les «réseaux sociaux» où chacun est producteur d’informations, vraies ou fausses,

– l’évolution de mots comme «partage» qui passe du registre de la solidarité à celui de la communication,

– l’inutilité de se déplacer pour participer aux élections,

– le succès des techniques de «développement personnel»,

Qu’en pensez-vous ?

Perso, je pense que loin de nous libérer, le capitalisme libéral nous asservit, à bas bruit, insidieusement, en nous faisant croire qu’il nous rend toujours plus autonomes !!!

« Maudits français »

« Maudits Français », comme disent les Québécois!
C’est vrais que nous sommes des gens bizarres, râleurs et hableurs.
Depuis que nous avons décapité notre roi, au nom de la liberté,
nous ne savons pas toujours faire la part entre ceux qui nous
trompent et ceux qui nous instruisent dans la voie du progrès et de la générosité,
ceux qui défendent les valeurs du collectif et ceux qui défendent la concurrence acharnée !
Entre Napoléon et Louis XVIII, entre Jaurès et Clémenceau, entre De Gaulle et Pétain, entre Hollande et Macron !
Nous sommes perdus, faute de faire jouer notre esprit critique, faute d’approfondir nos idées.
Mais il y a deux choses actuellement qui m’inquiètent vraiment et me font douter du bon sens des Français:

  • le soutien appuyé à Sarkozy (cf Xavier Bertrand, l’autre soir sur France 2)
  • la croyance dans les boniments sordides d’un Zemmour !
    Là, je m’inquiète vraiment !
    Pas vous ?