L’impression de savoir

Entre nos croyances qui bien souvent nous enferment
et nos connaissances qui sont censées nous libérer, y a-t-il un espace ?
Ou, pour le dire autrement, entre nos connaissances qui devraient nous faire progresser dans la raison
et nos croyances qui nous sauvent de la nécessité permanente de tout remettre en cause,
peut-on glisser un interstice, un petit quelque chose ?
Il me semble que dans cet intervalle minuscule se terre
un mal gigantesque, redoutable, c’est l’impression de savoir !
Non ?
Arlequin commence mal l’année, vous ne trouvez pas ?

Un commentaire

Répondre à Triptic Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.