Le coût du mal-logement

J’apprends que le gouvernement compte baisser les APL!
Or, « le déficit en logements abordables est aujourd’hui criant… les parcs locatifs sociaux et privés sont engorgés et le parcours résidentiel de nombreux ménages est bloqué… L’an dernier, nous nous sommes penchés sur le coût économique du mal-logement. Outre les coûts directs importants (hébergement d’urgence, nuitées d’hôtel etc) chiffrés à plus d’un milliards d’euros annuels, nous avons mis en évidence [que]… la surrocupation d’un logement augmentait de 40% la probabilité pour un élève d’être en retard scolaire… La précarité énergétique augmente quant à elle de 50% le risque de se déclarer en état de santé dégradé »
Pierre Madec, économiste à l’OFCE, cité par le Journal de la Fondation Abbé Pierre N°94.

Laissez un commentaire