l’ATAWADAC

D’après Opinion Way, en 2011, 73% des cadres déclaraient travailler hors de leur bureau. Au delà des cadres, des techniciens d’intervention et des commerciaux, le patronat, jamais à cours d’une belle opportunité, voudrait bien étendre ces « nouveaux modes de travail » à tous les salariés.
C’est ce que les américains appellent « l’atawadac » pour: « anytime, anywhere, anydevice, anycontent » ce qui signifie en français basique: « tout le temps, partout, sur tout support, tout contenu ». Une transparence absolue où l’employé est constamment connecté, relié à son patron, aux clients de la boîte, à ses collègues… au monde entier.
Après, tu t’étonnes que le « burn out » augmente, que des gens se suicident sur leur lieu de travail…

(Cf FOH 3161)

Un commentaire

  1. Ce n’est pas toi qui l’es…noir. C’est les idées de ceux qui en veulent toujours plus…. au risque de tout faire sauter. Et pourtant en parallèle il me semble , je crois, j’espère qu’il se développe aussi cette image (un peu exagérée) du ZEN.
    Normal il faut compenser….. Moi depuis qu’on m’a fait sortir du système « des résultats à tous prix et vite » je consomme moins et je m’en porte mieux. Mais purée je me suis sentie longtemps coupable de marcher au lieu de courir.

    Reply
  2. le risque de courir, chère Tévi, c’est de se retrouver dans l’état de la bagnole que j’ai dessinée! Et marcher c’est tellement bon! Courir ou marcher, on se retrouvera tous dans cet état! Non ?

    Reply
  3. Cher Arlequin… à Vive allure il est vrai que tu exploses les sens…. A l’allure (inventons un mot)à l’allure… à l’allure….? Sensorielle tu reconnais le Sens du Vent.
    ça peut servir à tous. ;o)) (mil excuses je suis dans ma période « nature humaine » avec les bonnes couleurs comme les mauvaises. ) oups…. Les sens ne posent pas les lois. Les intérêts OUI.

    Reply
  4. Ah l’allure! Quel joli mot! c’est la vitesse oui (ou plutôt la lenteur), c’est aussi la prestance, le port de tête, l’élégance – du corps, qui va souvent avec celle du coeur – une façon « d’être au monde », sans arrogance mais avec dignité… Le mec qui creuse son sillon a la tête penchée sur son ouvrage mais dès qu’il veut en apprécier la rectitude, il se redresse et regarde l’ensemble de son champ! Bon j’arrête et je t’envoie un peu de ma « nature humaine »!!!
    ;o)))

    Reply

Répondre à Arlequin Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.