17 ans, premier bilan

Vu sur Arte un bien intéressant documentaire de Julie Talon.
Un groupe de jeunes se retrouve pour une formation BAFA.
Un groupe plutôt hétérogène comme on en rencontre de moins en moins tant a tendance à s’aggraver la « fracture sociale ». Des jeunes en échec scolaire, d’autres qui citent le « Discours de la méthode ».
Une pédagogie active qui peu à peu vient à bout des résistances et des peurs pour mettre en évidence les points de convergence entre ces jeunes qui, après tout, sont tous motivés par la même ambition, s’occuper d’enfants.

Une belle expérience à méditer et à valoriser!

Un jour, ça ira.

« Je transporte ma vie en valise. Mais comme que c’est lourd de déménager, j’ai appris à vivre léger. C’est ça être un serial déménageur. »
Vu, hier soir un doc très émouvant tourné par Stan et Edouard ZAMBEAUX dans un Centre d’hébergement d’urgence pour sans-logis et demandeurs d’asile à Paris.
Deux jeunes adolescents en attente de régularisation… tout passe par la musique. la chanson, la poésie…
magnifique!

(dessin d’après Mikaël)

« L’esprit de Noël »

noel_2016

L’esprit de Noël ???
Késaco ?
Un sapin en-guirlandé ?
Des lumières tam-u-sées ?
Des cadeaux du catalogue,
Des chapons qui s’bécotent,

Et puis un bébé qui naît
Dans une grange, sans que dalle,
mais où et quand ?
dans une très lointaine et très ancienne galaxie!

Belle histoire quand même!
Un peu oubliée, non ?

La peur de l’autre et le pragmatisme

peur-de-lautre

Au fond, y a des moments – rares – où le jeu des braves gens et des sales types est plutôt facile.
Regardez en ce moment, il y a d’un côté le FN et sa culture de la haine, le très sarkozyste Laurent Wauquier qui interdit aux élus locaux de sa région d’accueillir des migrants et puis, de l’autre côté, de belles personnes qui me réconcilient avec le genre humain!!!
Ainsi cette lettre de Mme RABIN, députée socialiste de Loire-Atlantique : « Je ne sais pas ce que tu as fui, la guerre, la faim, la torture, l’extrême pauvreté. Je sais que, forcément, ce fut pour toi un déchirement absolu de quitter ta famille, ta maison, ton métier. Certains français trouvent que ta place est là-bas. Sache que ces français-là ne reflètent pas l’âme de la France. Ici, à St-Brévin-les-Pins, nous te ferons un lieu de repos et nous t’accompagnerons dans tes démarches et ta reconstruction personnelle. Je veux te dire que nous n’avons pas peur de vous. Toi et les tiens, vous êtes nos amis, nos frères, des êtres humains avec vos faiblesses et vos forces…. la relation humaine ne se construit que dans l’échange ».
(Citée par OF du 29.10.16)
Merci Mme Rabin, vous me donnez une merveilleuse raison de continuer à voter à gauche!

Les dieux de l’Olympe

discobole-myron

Nous y voilà! Depuis 4 ans, les meilleurs athlètes du monde attendaient de pouvoir s’affronter sur un terrain pacifique, celui du sport !
Ce joli mot qui peut signifier aussi bien que quelque chose est difficile (« c’est du sport ») qu’un comportement honnête, correct (« t’es pas sport »).
Organisée cette année dans un pays qui traverse un grave crise politico-économique, cette manifestation qui engloutit bcp d’argent va-t-elle rendre les brésiliens plus heureux, la société moins inégalitaire, les politiciens moins corrompus ???
La seule question est de savoir si « l’olympisme » représente toujours un modèle de référence, une valeur refuge, un idéal social de fraternité où la compétition entre les hommes se limite strictement aux contours du stade et est sévèrement encadrée par des règles intangibles où toute tricherie est bannie.
Rêvons que l’homme moderne soit moins bête que les Grecs du Vème siècle avant JC qui promulguaient la « trêve olympique » pendant les Jeux!
Qui a dit que le progrès scientifique allait de paire avec celui de la conscience morale et que l’homme moderne, civilisé était plus raisonnable que l’homme antique ???