Boulevard des docs

Vu cette semaine à la télé 2 beaux films documentaires.
Le premier, lundi soir sur France 3 : « Les délivrés »,
De jeunes livreurs à vélo se font exploiter de façon éhontée par
des plates-formes genre uber ou deliveroo…
Au péril de leur santé, voire de leur vie, l’un d’eux s’est tué dans un accident alors qu’il faisait une livraison dans une zone industrielle non adaptée à la circulation à bicyclette. Toujours plus loin, plus vite, pour des émoluments qui ne cessent de diminuer !
Ils sont ento-entrepreneurs donc non-salariés, s’ils râlent, on ne leur donne plus de boulot !
Scandaleux !
Le 2ème, c’est « Bouche cousue », sur France 2, qui traite de la maltraitance à enfants.
A voir surtout pour la prestation formidable d’un Juge pour enfants de Bobigny qui sait si bien écouter les enfants!
Essentiel !

Dans les deux cas, on en sort meilleur !!!

« La prière »

-Vous avez vu cette semaine à la télé le film de Cedric Kahn : « La prière » ?
Celui-ci m’a laissé dans la plus grande perplexité !
Je vois déjà mes anciens collègues fustiger ce prêchi-prêcha,
ce genre « petit miracle pour sauver le monde » et en particulier les toxicos !
Et surtout réfuter l’idée que pour aider un jeune dans la difficulté il faut avoir vécu les mêmes choses que lui !
Là-dessus je suis absolument d’accord; on peut accompagner utilement un ancien détenu même si on n’a jamais été délinquant !
On peut éduquer un enfant maltraité même si on a été parfaitement heureux dans sa petite enfance.
On peut venir en aide à un toxico même si on ne s’est jamais drogué !!!
Ca oui !
Maintenant pour le reste, c’est-à-dire le recours à la foi chrétienne, à la prière, à l’enseignement évangélique !
Là je ne sais pas ! Peut-être, sans doute ???
Pour moi, ce qui est déterminant dans la vie d’une personne qui a vécu des trucs durs, terribles, c’est la rencontre avec une femme, un homme, un groupe bienveillant, non-jugeant mais ferme dans ses convictions et ses valeurs.
Alors, est-il nécessaire de faire appel à une idéologie forte, développée et vécue dans une petite communauté retirée du monde avec des règles et des exigences implacables ?
Un système de croyances qui donne un sens à tout ?
Faut-il absolument que l’aide sociale soit empreinte d’irrationnel, de métaphysique, de mystique pour que l’aidé se sente véritablement soutenu, accompagné, pour qu’il ait une « deuxième chance » ?

Alors là, il vaut mieux une religion d’amour, d’abnégation, de compassion, parce que, sinon, on connaît le résultat !!!

Qu’en pensez-vous ?

Vive la rigolade !

Je me suis toujours demandé pourquoi François Rabelais dont il nous reste tant d’expressions courantes comme « pantagruélique », « gargantuesque », « mouton de panurge », « substantifique moëlle », « dive bouteille », avait été autant oublié ou caricaturé.
Le caractère « énorme » de ses contes a pris le pas sur le fond du message profondément humaniste.
Sa vocation de médecin soucieux de sortir des superstitions de l’époque, son esprit libre, sa grande érudition, sont pour nous, en 2020 une formidable leçon de vie et de tolérance.
Ecrivain de la Renaissance, Rabelais défend l’indépendance du pouvoir civil vis à vis de l’Eglise et, sans renier sa foi et son attachement à Rome, prêche pour une Chrétienté ouverte, joyeuse, soucieuse de réconcilier le corps et l’esprit, de libérer l’homme plutôt que de l’asservir à des dogmes intangibles.
Surtout, il nous a appris à apprécier la « farce », le « grotesque », la « fête », la rigolade, quoi !
Et comme on dirait aujourd’hui, le second degré, encore si peu compris !!!

(dessin au fusain réalisé d’après une photo prise avec un kodak que Pantagruel avait offert à Gargantua pour son anniv !)

L’érotisation du pouvoir

Comme vous sans doute , je suis atterré par ce qui se passe aux USA.
Ma raison vacille, j’ai besoin de l’écrire !
Pourquoi tant d’américains sont-ils fascinés par ce personnage grotesque,
vulgaire, insupportable ? Pourquoi tant d’ouvriers, que Trump méprise souverainement, pourquoi tant de braves gens sont-ils ainsi abusés, suffoqués hystérisés ?
Le « corps du roi », mis en scène, inlassablement, le plus beau,
le plus fort, le plus sexy, celui qui a du pouvoir, tous les pouvoirs, surtout celui de vous faire jouir ???
Le dominant qui a le pouvoir d’être cruel, de détruire, de tuer, sans que personne ne lui en veuille pour ça, bien au contraire, puisque c’est une manifestation légitime de son pouvoir sur vous !
Vous vous souvenez de cette déclaration inouïe qu’il avait faite en 2016 :
« Les femmes aiment être prises par la chatte » !
La pornographie est avant tout une idéologie : c’est nier le désir de l’autre
ou plutôt considérer que ce qu’on va faire au corps de l’autre, c’est ce qu’il attend de vous absolument !
Trump a érotisé la fonction présidentielle. Son corps vainqueur, y compris du covid, sa toute puissance, vous sauvera de vos malheurs !!
On lui reproche de ne parler que de lui, pour se glorifier et de ses ennemis,
pour les insulter !
Mais c’est précisément ce qui plaît aux braves gens car c’est bien la preuve imparable de son exceptionnelle virilité !

Jamais cet homme n’acceptera sa défaite, quoiqu’il en coûte ! Perdre serait se détruire lui-même !

C’est l’idéologie américaine, son culte de l’argent, de l’image et de la réussite clinquante qui a enfanté le phénomène TRUMP, il faut maintenant assumer la chose jusqu’au bout… de la nuit !