Le jour du dépassement

Vous avez vu l’émission sur les volcans à la télé ?

Plus j’avance et plus il me semble que, dans l’histoire de la planète Terre, l’épisode « présence humaine » n’est qu’un moment parmi beaucoup d’autres.
Depuis toujours, on nous a appris que cette histoire était orientée vers l’apparition de la vie et ensuite, tout naturellement, vers le surgissement – brutal si l’on est créationniste, progressif si l’on est évolutionniste – de l’humanité.
L’homo sapiens sapiens, debout sur ses pattes de derrière, avec un gros cerveau, une conscience et une certaine aptitude à la métaphysique, serait chargé de soumettre la Planète Terre à sa volonté prédatrice.
Or on nous annonce que ce matin, 29 juillet, nous avons consommé tout ce que la planète est capable de reconstituer en une année. Ce qui signifie que, dès demain, nous prendrons sur nos réserves futures… et ainsi de suite !
Comme disent à peu près les Indiens : Quand tu auras mangé le dernier poisson, le dernier bison, le dernier épi de maïs, tu mangeras de l’argent !

La seule solution pour sauver la Terre serait de balancer tous les téléphones, tous les ordis, toutes les bagnoles, tous les avions, en un mot tous les objets technologiques que nous avons accumulés depuis la révolution industrielle!
Ce qui est évidemment impossible.
La seule proposition réaliste est de ne rien changer à nos modes de vie en veillant un peu à ne pas trop gaspiller.
Et surtout de ne rien faire pour empêcher les riches de piller la planète!
Mais bon !!!! jusqu’à quand ça tiendra comme ça ???

Trump et Poutine même combat

Le TRUMP continue de se lâcher sur tweeter. Hier c’était Macron, aujourd’hui c’est un député noir qui est prié d’aller nettoyer son arrondissement !
Le plus inquiétant c’est que ça plaît à une majorité d’américains !
Et pendant ce temps son copain Poutine fait arrêter manu militari les petits gars qui manifestent bien sagement pour réclamer des élections libres !! Ah oui, ils savent encore ce que c’est la « liberté » en Russie?
D’un côté un président qui flatte les bas instincts de son peuple, de l’autre un autre président qui n’a même pas besoin de s’embarrasser des mouvements d’opinion !
Deux manières différentes mais également efficaces de pervertir la démocratie !

Asimbonanga

Johnny Clegg nous a quittés.

J’avais la plus grande admiration pour ce chanteur engagé qui a mis son art au service de l’homme.
Toute sa vie, il s’est battu pour le rapprochement des hommes, contre l’apartheid, contre le racisme et, en plus, il faisait une super-musique.
Et quel danseur !
Les anglais l’ont snobé, les français l’ont adoré !

Adieu l’ami !

Silence !

Mes amis, vous m’ êtes témoins, épargnez-moi l’acharnement thérapeutique, je vous en prie!
Ce pauvre monsieur dont les parents, hyper-cathos, qui se battent depuis plus de 10 ans pour ne pas laisser partir tranquillement leur fils !
Attitude purement égoïste qui ne respecte pas la dignité humaine!
Au fait, si j’ai bien compté, cela a coûté plus de 2 millions d’euros à l’assurance maladie. Si on leur faisait payer cette prise en charge à ces bons apôtres..!!!
Ben oui, on dérembourse l’homéopathie parce qu’on n’est pas sûrs ! Mais là, on était sûrs que ça servait à rien de s’acharner ! Alors qu’en dites-vous messieurs les savants ?
Tiens, j’ai écrit à ma députée (LREM) pour lui dire mon désaccord concernant l’homéo ! J’attends la réponse ….

Les pseudo-savants

J’ai été atterré par les débats télévisuels sur le déremboursement de l’homéopathie avec de pseudo-savants très sûrs d’eux et parfois agressifs, souvent méprisants.
Pourquoi est-il si difficile d’admettre qu’il peut exister plusieurs types d’approches de la santé et que celles-ci peuvent cohabiter ? Pourquoi, au nom de la « clinique » et de la science toute puissante, oublier que les médicaments chimiques de synthèse ont la plupart du temps des effets secondaires graves ? Pourquoi nier que l’être humain est un tout et qu’on ne peut impunément le segmenter en organes indépendants ? Pourquoi privilégier la maladie et non le malade ?
La première vertu de la science n’est-elle pas d’admettre qu’elle ne sait pas tout et qu’il lui reste tant à découvrir ?

C’est vrai avec l’homéopathie, il ne suffit pas de s’abandonner à l’action, bénéfique ou maléfique, des médicaments, il faut se prendre en charge. La prise en compte de ses symptômes, de son hygiène de vie, de son histoire même est indispensable.

On dit parfois que l’homéopathie ne soigne que des bien-portants ! Mais n’est-ce pas le but de la médecine de nous garder en bonne santé ?