Ruissellement

Nos dirigeants ont adopté la technique du « ruissellement » (déjà bien connue des économistes).
En allégeant les impôts des plus riches et en leur permettant ainsi d’investir et de consommer plus, ils pensent que, par un jeu de cascade, les pauvres finiront par en profiter ???
La société serait un vaste banquet où les riches s’empiffreraient pendant que les pauvres attendraient sagement que parfois des miettes s’échappent de la table!
Ainsi, plus les plats seraient copieux, plus les miettes seraient grosses !!!

Quelle imposture!
D’ailleurs le FMI lui-même a produit un rapport où la technique du ruissellement est sérieusement invalidée.

(suite)

« un quart des salariés partent travailler avec la boule au ventre, plus d’un tiers affirment avoir fait un burn-out et 43% ressentent des douleurs à cause de leur métier ! Derrière le succès de grandes entreprises se cachent parfois des méthodes de management qui peuvent casser les salariés » (Cash investigation)
Et Ryanair qui voit tous ses pilotes prendre la porte pour conditions de travail insupportables!
Pendant ce temps-là les grosses boîtes continuent à amasser les bénefs!
Bravo!

Le tiers restant

Le miracle allemand qui hante tellement nos dirigeants et qui va sans doute permettre à Madame Merkel de rester au pouvoir, eh bien, ce miracle se paye au prix fort pour les moins favorisés qui représentent quand même le tiers de la population.
Mais, dites moi, pourquoi faut-il sacrifier un tiers des gens pour le bien-être des deux autres ?
Y a pas moyen de trouver une formule, un système, un truc qui permette à tous de vivre correctement ?
Pourquoi faut-il que ceux qui s’enrichissent le fasse toujours sur le dos des pauvres ?
Pourquoi la précarité, l’incertitude du lendemain, la nécessité de cumuler les emplois, les « mini-jobs » mal payés sont-ils devenus une fatalité dans les pays occidentaux ?
L’Allemagne a réglé la question du chômage en multipliant le nombre de travailleurs pauvres. « Depuis 2005, le nombre de travailleurs qui exercent « une activité atypique » est passé de 6,8 millions à 7,5 millions. Ils étaient moins de 5 millions en 2005. » (Le Monde du 18/08/17)
Tu parles d’un miracle !!!
Pourquoi faut-il que nos dirigeants courent avec autant d’empressement vers ce type de merveille ???
Réponse demain !
peut-être!