Trahison

En 1937, Albert Camus a 24 ans. Il écrit son premier livre « l’Envers et l’endroit » qui pose notamment la question que beaucoup ont développée ensuite (cf Annie Ernaux) : Quand on est issu d’un milieu pauvre, comment peut-on le quitter sans le trahir ?

Un mal nécessaire ?

Lord-of-war-01

Vous avez vu : »Lord of war », le film-document
d’Andrew Niccol ?
Les marchands d’armes, maîtres du monde !
Le cynisme de Yuri qui sillonne le monde pour vendre ses armes n’a d’égal que le cynisme absolu des Etats et surtout des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Les E.U, le Royaume Uni, la Chine et la France, les plus grands vendeurs, ferment les yeux, comme nous-mêmes, sur les bénéfices immenses à la clé !
Qui est prêt à renoncer aux milliers d’emplois que cela représente ?
Aucune morale là-dedans!
Alors ne faisons pas semblant, non! la guerre que nous voyons chaque jour au JT, nous contribuons largement à l’alimenter. Lorsque nous nous scandalisons que Daesh massacre les populations, c’est un peu dans notre poche que ça tombe.
Et, comme le dit Yuri : » Moi, ce qui me plait, ça n’est pas quand un type en tue un autre, c’est quand il le rate, car il va recommencer ».
Alors pas d’angélisme, s’il vous plait!
Le « mal nécessaire », c’est celui qui nous permet de dormir tranquille, fiers de nos certitudes, celles de la supériorité de l’homme blanc qui rejette tous ces importuns à ses frontières mais qui s’engraisse sur les guerres qui les chassent et provoquent leurs migrations!

l’ATAWADAC

D’après Opinion Way, en 2011, 73% des cadres déclaraient travailler hors de leur bureau. Au delà des cadres, des techniciens d’intervention et des commerciaux, le patronat, jamais à cours d’une belle opportunité, voudrait bien étendre ces « nouveaux modes de travail » à tous les salariés.
C’est ce que les américains appellent « l’atawadac » pour: « anytime, anywhere, anydevice, anycontent » ce qui signifie en français basique: « tout le temps, partout, sur tout support, tout contenu ». Une transparence absolue où l’employé est constamment connecté, relié à son patron, aux clients de la boîte, à ses collègues… au monde entier.
Après, tu t’étonnes que le « burn out » augmente, que des gens se suicident sur leur lieu de travail…

(Cf FOH 3161)