Le premier devoir ?

Le 27 mai dernier, 7 militants et militantes étaient jugés à Grenoble pour avoir facilité « l’aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière » !
En fait, ces personnes ont organisé une marche pacifique à la frontière franco-italienne pour protester contre une action musclée des « identitaires ».
Le jugement devrait être rendu le 22 septembre prochain. On va surveiller ça !
Comme par hasard, je suis tombé sur une phrase de l’abbé Pierre : « Ce qui est premier c’est le devoir, et il fonde le droit ».
Or il me semblait jusqu’à présent que le premier devoir d’un être humain, c’était de venir en aide à son semblable, non ? J’ai dû me faire abuser !

Le monde d’après…

Alors que tout le monde a l’air de considérer que tout est redevenu comme avant, je me pose quand même beaucoup de questions :

Le mot liberté a-t-il encore un sens lorsqu’ une crise, une « guerre », impose des contraintes lourdes au nom du bien commun ?

Le repli sur soi, engendré par ces contraintes, a quel effet sur nos modes d’engagement, familial, social, politique ?

La recherche effrénée du bien-être personnel, du bonheur individuel, qui caractérise les pays occidentaux, dits « libres », a-t-elle comme résultat de nous rendre esclaves de nos pulsions considérées dès lors comme légitimes ?

Le « Système Amazon », modèle consumériste qui exploite explicitement et joyeusement le travailleur pour satisfaire le consommateur-roi, est-il l’avenir indépassable du capitalisme ?

L’individu anonyme derrière son écran, libre de diffuser n’importe quoi et d’injurier n’importe qui représente-t-il maintenant le merveilleux idéal de notre rapport au monde social ?

Etc …

Scier la branche …

Vous connaissez l’image du type qui scie la branche sur laquelle il est assis ?
Eh bien, ces temps-ci, les zoms politiques m’apparaissent bien dans cette situation!
Prendre des airs contrits devant l’abstention massive, dire avec compassion que notre démocratie est en péril, qu’ il faut savoir entendre ce « signal fort » envoyé à nos institutions !… Et continuer à agir exactement de la même manière. Regardez ce déchaînemnt de petites phrases assassines et perverses entre les deux tours !!!
Qu’ont-ils fait depuis 50 ans ces beaux messieurs ?
Discréditer la vie parlementaire, affaiblir les corps intermédiaires et cultiver le chacun pour soi !
Que disent les braves gens interrogés dans la rue ?
« Pourquoi voter alors que nos élus ne tiennent pas leurs promesses ? »
« Qu’ai-je à gagner personnellement à aller voter ? »
« Pourquoi voter alors que nos élus ne servent à rien ? »

A force de valoriser la réussite individuelle, de discréditer l’Education populaire et l’apprentissage de la citoyenneté, à promouvoir l’auto-entreprenariat, à brutaliser les travailleurs et à affaiblir leurs syndicats, les zoms politiques, et en particulier la droite et son « initiative individuelle » et son « travailler + pour gagner + » ont détourné les gens du sens de la responsabilité collective et de la nécessité de gérer « ensemble » la cité !!!

Alors, messieurs, remontez dans votre arbre !

Faites votre boulot, redevenez un phare qui éclaire l’avenir !

Enchaînés !!!

En entendant parler de « Guide suprême » en Iran ces jours-ci, je ne peux m’empêcher de penser à tous ces p’tis mecs qui se sont déclarés ainsi césar, empereur, roi, caudillo, duce, führer…
Mais aussi, président, directeur, chef, grand chef, petit chef …
Se prétendre ainsi au-dessus des autres, se distinguer, se promouvoir, se pousser du col, se paraître plus fort, plus grand, plus puissant !! Quelle imposture !
Est-ce vraiment pour se mettre au service des autres, pour permettre à la communauté de mieux fonctionner, à chacun de trouver sa place, son rôle, sa fonction ? En démocratie, en principe, c’est ça !
Pour le reste, c’est toujours l’expression d’un ego insensé, d’une volonté de puissance qui révèle toujours de grandes perversions ou d’immenses fragilités !
Mais quand même ! Qu’est-ce qu’ils peuvent faire chier tous ces « guides suprêmes » !

Mais puisqu’on vous dit que les humains aiment ça, être enchaînés !!!

POSSEDER, encore et toujours !

Le bonheur du peintre c’est d’avoir beaucoup, beaucoup de pinceaux!
Avoir à sa disposition ce prolongement de la main,
cet outil magnifique, souple ou dur, large ou fin, précis ou grossier !
Des brosses et des pinceaux dont on ne se servira peut-être jamais !
Mais ils sont là, ça rassure !
On est faits comme ça, nous les petits humains, il faut qu’on possède
encore et toujours, comme si nous étions éternels !
Mais quelle stupidité !
Comment en guérir ???
Dites-moi !