Jouer ou souffrir ?

Il paraît que c’est la semaine de l’éducation !
Alors, parlons-en de cette grande histoire de la famille humaine qui consiste à transmettre ce que l’on sait à ceux qui vont nous remplacer !
Posé comme ça, c’est simple, et pourtant rien ne semble plus compliqué que d’instruire, d’éduquer les plus jeunes ; de communiquer efficacement l’expérience du monde, de la vie,que les plus anciens ont accumulée .

Pourquoi fichtre est-ce si compliqué ? ?
Permettez-moi une hypothèse :
Les « sachants » ont toujours^présenté leurs connaissances comme devant s’acquérir dans la douleur, dans la souffrance ;  manière, sans doute, de se venger des efforts « surhumains » qu’eux-mêmes avaient dû consentir.
Sauf à l’Ecole maternelle où là, on a définitivement compris que c’est par le jeu que les acquisitions se font le mieux !
Mais alors, une question : pourquoi n’applique-t-on pas ces méthodes à tous les niveaux de l’école ???
Si vous le savez, dites moi !

La place des vieux

Nos technocrates sont vraiment dans leur monde !
Pour faire plaisir à la droite à qui il estime devoir sa réélection, M. Macron veut à tout prix faire « sa » réforme des retraites.
Les risques sont pourtant nombreux :
– faire apparaître le RN comme le seul défenseur crédible des petites gens – et se démarquer une fois pour toutes des LR !
– désespérer les travailleurs pauvres qui ont bossé dur toute une vie en espérant enfin se reposer !
– reporter la charge sur l’assurance maladie, sachant qu’à l’âge de la retraite, la moitié des salariés sont en inactivité.
– et surtout repousser encore une fois cette grande réflexion nationale : « quelle place et quel rôle donne-t-on aux personnes âgées ?
Dans ce grand mouvement de l’autonomie de l’individu que l’on connait depuis à peu près un demi-siècle, la retraite occupe une place à part.
Les attentes sont nombreuses et variées mais l’essentiel tient dans cette grande illusion : « faire tout ce qu’on n’a pas pu faire avant ! »
Etre libre, voyager, s’adonner à sa ou ses passions, passer du temps en famille , etc …
Des journées de 30 heures, au moins !

Et surtout, quitter le monde du travail, en bonne santé !
Mon père attendait de la retraite de pouvoir se reposer.  Après avoir travaillé – dur – de 14 à plus de 65 ans ! Il était rompu, fatigué, handicapé!
Nos bons technocrates veulent vraiment qu’on en revienne à ces situations qui sont encore présentes dans la mémoire populaire ?

 

L’art de vivre

2022 est mort ! Il ne me semble pas que l’humanité pourra s’en montrer fière!
Entre cataclysmes guerriers et climatiques, entre montée des extrêmismes et banalisation des crimes, pas de quoi pavoiser !
Pour un passage plus en douceur, j’ai envie de faire appel à des dames, rebelles, engagées, de belles personnes qui nous redonnent foi en l’être humain.
Nous terminons l’année avec Annie Ernaux, prix Nobel, et nous commençons 2023 avec Colette, dont on fêtera le 150ème anniversaire.
Ce sont toujours les femmes qui nous redonnent le moral et un peu d’humanisme à nous les mecs qui, bien souvent, n’agissons que pour la gloire et la jouissance du pouvoir !
La littérature, la musique, la peinture, l’art, toujours l’art ! L’art de vivre, tout bêtement !
Meilleurs voeux les amies, les amis !

Bonne année 2023 !

Voilà une année très bizarre qui se termine!
La guerre en Europe d’abord ! Personne n’y croyait !
Enfermés dans nos certitudes et notre petit confort, on ne la voyait pas venir cette sale guerre où des millions de braves gens allaient souffrir, être déplacés, mourir !
On avait assisté déjà à la folie de la Syrie ! Mais là, la présence de Daesh avait tout compliqué ! Encore un peu et Bachar El Hassad allait avoir raison d’être resté fidèle au poste !..
même si c’était avec l’aide de Poutine ! Tiens déjà !
Comme si il y avait des guerres justes et des guerres sales !
Ensuite, pris au collet par l’extrême droite, on a fini par élire Monsieur Macron. Le plus ambitieux, le plus déterminé, le plus malin ??? Et maintenant la casse sociale se poursuit, avec des hauts et des bas ! A force de disqualifier les syndicats, ces messieurs ont dû faire face à une grève des contrôleurs qui leur échappait !
C’est mieux sans les syndicats, les mouvement social, messieurs les zoms politiques ?
Et puis, cette fameuse pandémie qui reste en embuscade et qui nous montre que plus rien ne sera comme avant !
Si encore on en tirait les leçons !
Enfin la crise climatique qui se poursuit et qui ne va cesser de s’intensifier !
Là aussi, on veut bien changer; mais un tout petit peu, à la marge, sans modifier nos habitudes.

Alors, moi, en 2023, je souhaite qu’on foute tout par terre et qu’on reconstruise sur de bonnes bases, de générosité, d’altruisme, d’oubli de soi, de respect de l’autre et de tolérance envers toutes les opinions !
OUAH ! Il est devenu fou Arlequin, ou définitivement gâteux !

 

La Coupe et le Renoncement !

Déception, gueule de bois, espoir pour l’avenir ?
La fête est finie !
Comme on dit, c’est bien pour l’Argentine, un petit pays où l’inflation est à 100% et où le salaire minimum est à 350 euros !
Eh oui, le foot-spectacle ça doit servir à ça !
Oublier, rêver, s’envoler au delà des soucis quotidiens !
Et puis, vivre ensemble des émotions puissantes, brailler, vibrer de concert, communier à la religion du foot-spectacle !
Quel qu’en soit le prix, humain ou environnemental ! Ici les Qatariens, ils ont fait fort ! Avec la complicité active de la FIFA !
Alors ce matin, les bonnes âmes se demandent à quoi vont bien pouvoir servir ces immenses stades flambant neufs ?
Moi, j’ai regardé « Le tigre du Bengale », un Fritz Lang en somptueux technicolor hollywoodien des années 50.
Mais là aussi, un Maharadja veut être le plus beau, le plus fort, le plus riche, le plus aimé !
Jusqu’au jour où il s’aperçoit que le bonheur est dans le « RENONCEMENT » !

Mais quel rabat-joie cet Arlequin !!!