Célébration ?

Eternel dilemme : faut-il instituer une journée de la défense des droits des femmes ou ne rien faire en considérant qu’ainsi on les stigmatise de façon abusive ?
Pour moi, la seule réponse valable est que chacun profite de cette journée pour s’interroger
sur son propre comportement vis à vis des dames.
Aimer les femmes ? Quelle bizarre expression ! On n’aime pas TOUTES les femmes,
comme on n’aime pas TOUS les hommes!
Et puis AIMER, qu’est-ce que ça signifie ? Prendre ? Capturer ? Se garder pour soi ?
L’amour n’est-il pas l’inverse de la possession ?
Mais alors, l’ ATTACHEMENT, c’est quoi ? De l’amour ou de la prédation ?
C’est vrai, mon modèle de prédilection c’est le portrait féminin.
Mais pourquoi, au fait ? Fantasme de possession ou célébration désintéressée ?
Mystère !!!
Belle journée, mesdames !
Excusez mais je n’ai pu résister à faire une (mauvaise) copie d’une Madone de Raphaêl, le plus grand peintre – de femmes – du monde !!!

« IRRADIES »

Vous avez vu « Irradiés », le dernier film de Rithy Panh ?
Voilà longtemps que je suis la production de ce documentariste cambodgien, qui a perdu toute sa famille pendant le génocide perpétré par les Khmers rouges et qui, depuis, n’a de cesse de s’interroger sur les conditions de cette ignominie et sur ses effets sur les corps et les esprits. Comment et pourquoi les hommes sont-ils capables de telles horreurs ?
Rithy Panh présente ici son film le plus recherché, le plus abouti mais le plus noir aussi !
En reliant les grands massacres du XXème siècle, Verdun, crimes nazis, Hiroshima … il nous conduit au bord de l’insoutenable!
A la recherche perpétuelle de l »Image manquante », il nous interroge sur notre capacité à nous arrêter sur une image éprouvante certes, mais indispensable.
Dans cette multiplicité d’écrans qui s’imposent à nous aujourd’hui, pouvons-nous encore résister à cette pulsion de mort qu’il nous expose par le canal de la création artistique ?
« Toi qui regardes, ne lutte pas. Ne retourne pas tout de suite au mouvement, à la vie, à la douceur qui t’attend » dit la voix off!
Je dirais : ne retourne pas à ces paradis artificiels qui n’ont pour but que de te faire oublier ces « irradiés » par la folie des hommes, d’hier et d’aujourd’hui.

Enfin !

Enfin, enfin !
Mais que la justice est lente avec les riches ! Et lorsque ceux-ci sont des zoms politiques, j’vous dis pas !
Un an de prison ferme pour celui qui n’a pas cessé de falsifier, de magouiller, de tripatouiller, pendant toutes ces années !

Il s’en tire bien, il craignait que les juges l’obligent à scier ses talonnettes ! Non, pas ça, c’était trop dur !
Ces gens-là pensent que leurs manoeuvres et leur carnet d’adresses les mettent à l’abri de la justice du tout-venant.
Ces gens-là sont au-dessus des lois ! Oui !
Et vous avez entendu hier soir Madame Pécresse qui commençait à critiquer le « pôle financier », disant que les juges le composant étaient dans leur bulle ? On rêve !
Y a une chose qu’il faut reconnaître aux riches,
c’est qu’ils savent être solidaires quand ça chauffe pour eux !
Bon d’accord, il fait appel ! Mais quand même !
Et puis dans 15 jours, on remet ça !
Enfin !

Pour alléger le propos, un copie d’un détail des Nymphéas, ça fait du bien dans tout ce cloaque !

La ferme électrique


Vous avez vu, il y a quelques jours, ce reportage à la télé sur une ferme urbaine « verticale » ? Un vaste local sans ouvertures, éclairé artificiellement, dans lequel on fait pousser des salades sans terre. Elles reçoivent la quantité précise de nutriments ainsi qu’un savant dosage de lumière. Les « fermiers » ont l’air de cosmonautes derrière leurs ordinateurs.
« Capables d’approvisionner les 700 supermarchés de la Région parisienne » « Il faudra bien nourrir les 10 milliards d’humains que nous serons bientôt » ! Fermez le ban !
J’avais vu déjà de tels reportages, j’avais même visité une serre où l’on cultive des tomates hors sol !
Mais là, je ne sais pas pourquoi, sans doute les effets de la pandémie et du confinement, cela m’a paru indécent et même obscène !
Une telle négation des phénomènes naturels, le processus industriel qui se substitue à ce que notre terre-mère nous donne avec tant de générosité. Et le plaisir de voir une plante qui sort de terre, qui pousse tranquillement, qui lutte contre les prédateurs, pour nous nourrir, nous les humains, si peu reconnaissants !
Là brutalement, ça m’a terrifié ! Une porte s’ouvrait sur l’irrationnel, sur la déraison, sur la folie des hommes !
Bon, j’exagère évidemment !

« L’ AVENIR DU MONDE »

Comment capter le feu, l’éclat, la lumière que distillent ces regards ?
L’effroi, la confiance, l’assurance, la provocation, la bonté, la douceur, la bienveillance etc…
On a coutume de dire que les yeux sont la fenêtre de l’âme.
Le regard nous interroge, nous entraîne, nous retient aussi, pour peu que nous soyons en attente, à l’écoute, comme souvent les femmes le sont !
Echange complice et doux qui prend le temps d’interroger le monde intérieur des émotions qui, à chaque instant, se cachent et se dévoilent.
Regards de tendresse disponible, pour que la vie s’éclaire !